La gestion de conflits en équipe # 1 Aller voir dans la maison de l’autre

Aller voir dans la maison de l’autre

Relations « pressées » par les urgences, toujours les urgences. On ne prend plus le temps de se comprendre, de faire attention à soi, à l’autre. Regards biaisés par des représentations devenues des certitudes… et si on allait dans la maison de l’autre pour changer son propre regard ?

A habite le dernier étage d’un immeuble. Il adore l’arbre qui est devant sa fenêtre. B habite dans une maison et déteste cet arbre. A apprend que B souhaite raser cet arbre.  A ne veut surtout pas que cet arbre soit rasé, cet arbre lui donne une perspective, une vue de verdure.

A pourrait décider de rester dans sa tour avec son agacement, sa colère. Il pourrait choisir d’alimenter cette amertume qui le réveillerait peut-être même la nuit. Mais il prend une bonne respiration, revient à des ressentis corporels, et décide de dépasser le stade des émotions/sentiments.

Il descend voir B, lui demande s’il peut voir cet arbre de sa fenêtre. B accepte, le laisse rentrer chez lui. A regarde par la fenêtre et se rend compte que B ne voit qu’un tronc qui ne laisse passer aucune lumière chez lui. A le remercie et rentre chez lui.

Écouter ce n’est pas accepter la situation. A n’accepte toujours pas la position de B qui serait de faire raser l’arbre mais comprend mieux sa vision des choses.

Alors à quoi cela sert-il d’aller dans la maison de l’autre ? en quoi sommes-nous avancés de connaître les besoins de chacun si on ne peut pas les satisfaire ?

Rester au stade du ressenti ne permet pas d’ouvrir les pistes de solutions. C’est à partir de l’identification des besoins que l’on peut chercher des solutions.

Comment chercher des solutions ?

  • A et B se mettent autour d’une table et vont énoncer dans un premier temps des solutions complètement farfelues afin d’ouvrir un maximum le champ des possibles. Puis viendront des solutions plus proches de la réalité. Dans cette phase de brainstorming, il est important d’écouter toutes les solutions, de les noter sans jugement ni commentaire.
  • C’est seulement dans un deuxième temps que A et B reprennent la liste des solutions et évaluent laquelle est la plus pertinente à leur contexte.

Et si B n’est pas prêt à parler autour d’une table ? Et si seul A va voir dans la maison de l’autre ?

Je ne peux pas changer l’autre, Je ne change que moi-même et c’est déjà le plus gros du travail. C’est en déplacement son propre regard que la situation se teintera d’une autre couleur.

Bienveillance – équipe / collectif : de quoi parle-t-on ?

Les formations des Ateliers de Bienveillance autour de la régulation non-violente des conflits

L’accompagnement et workshops des Ateliers de bienveillance autour de la régulation non-violente des conflits

Gestion de conflits équipe – communication – coopération

Théâtre Forum : un outil de gestion de conflits en équipe

Comment appréhender la complexité d’un conflit ? Comment transformer les ressentis émotionnels en besoins ? Envahis par les tâches quotidiennes urgentes, les membres d’une équipe restent parfois coincés dans leurs ressentis et n’osent pas toujours dire avec assertivité ce qui pose problème. Mêlés à d’autres enjeux (objectifs à atteindre, jeux de pouvoir, place dans l’équipe, problème d’organisation, cadre flou, etc), les ressentis se cristallisent et nourrissent silencieusement des tensions.

Le théâtre forum est un outil parfois proposé par les Ateliers de Bienveillance pour prendre du recul par rapport aux situations conflictuelles. Il permet de déplacer son point de vue, de se mettre à la place de l’autre, d’observer les mécanismes du conflit en cours. Grâce à la préparation préalable et aux propositions du groupe, le théâtre forum offre un espace sécurisant et sans jugement d’exploration de la situation.

Concrètement, comment est amené le théâtre forum ?
A partir de situations concrètes, les stagiaires sont invités à préparer leur scène grâce à des activités guidées et à répéter la scène en jouant plusieurs fois les différents personnages. La situation est présentée au reste du groupe placé comme observateurs-acteurs. Ces derniers émettent des propositions pour dénouer le conflit et rejouent la scène.

Ils ont dit de cet outil
« c’est percutant », « éclairant », « d’habitude, je n’aime pas les mises en situation et là j’e me suis senti en sécurité pour me lancer », « j’ai trouvé ça intéressant de me ressentir si fortement mon personnage », « j’ai testé ce qui avait été joué pendant la scène et les relations avec la coordinatrice sont devenues plus fluides »

Le théâtre forum : apprendre à réguler les conflits par Guillaume Tixier chez Chronique Sociale